Le groupe de travail « Emploi au Japon »

Le groupe de travail « Emploi au Japon »

Le Japon attire de plus en plus de Français candidats à l’emploi. Néanmoins, la situation locale est rendue difficile par plusieurs facteurs :
– Le pays est dans une situation de plein emploi (taux de chômage voisin de 4%) où les candidats non japonisant peinent à trouver un emploi. La maîtrise du japonais, à un très bon niveau, reste un critère de sélection extrêmement important.
– Les employeurs japonais, évoluant sur un marché très conservateur en matière d’emploi, jouent le plus souvent la préférence nationale.
– Les candidats français qui se présentent sont de plus en plus jeunes (presque 25% de la population) pensant souvent trouver au Japon un emploi qu’ils ne trouvent pas en France. Cependant ces candidats sans expérience sont difficiles à placer surtout s’ils n’ont pas construit un projet professionnel préalable en lien avec le Japon.

Un consensus s’est créé, lors de la dernière réunion du Comité consulaire pour l’emploi et la formation professionnelle (CCEFP), autour de l’idée d’élargir la question de l’emploi et de la formation à d’autres acteurs, notamment les associations françaises au Japon.

Les actions à mener en priorité seraient d’abord de cibler les besoins de la CCIFJ puis de chercher de nouvelles possibilités de financement de son service emploi afin d’éviter de faire payer les demandeurs. Les solutions évoquées sont entre autres de changer les méthodes de travail, de stimuler davantage l’offre d’emploi, de maximiser les moyens déjà à disposition, et surtout de chercher un appui des associations.

Les conseillers consulaires se sont mis d’accord pour organiser un groupe de travail, avec les associations qui le souhaitent, afin de préparer le dernier CCPEFP (décembre 2015), dans sa forme actuelle, en étudiant les actions à mettre en place suite à l’arrêt de la subvention du Ministère des Affaires étrangères et du développement international (MAEDI).

SHARE